teo-aiello-atlantique-prince-38
teo-aiello-atlantique-prince-38
/////

Teo Aiello et Sergio Davi sont arrivés, ils ont traversé l’Atlantique à bord d’un Prince 38

6 mins read
Start

Teo Aiello a traversé l’Atlantique avec l’Aretusa Explorer et Sergio Davì: nous l’avons interviewé dès son arrivée à Kourou, en Guyane française, après 6 jours et 8 heures de navigation non-stop.

Teo Aiello a traversé l’Atlantique avec l’Aretusa Explorer et Sergio Davì: nous l’avons interviewé dès son arrivée à Kourou, en Guyane française, après 6 jours et 8 heures de navigation non-stop.

“Je le referais demain matin. Si on me disait de rentrer chez moi à bord d’un RIB, je le ferais tout de suite, même si je viens d’arriver. – Teo Aiello, copropriétaire de Nuova Jolly, ne se pose pas de question Cette expérience avec Sergio a été merveilleuse, je ne trouve pas les mots justes pour la décrire”.

Ils viennent de débarquer à Kourou, en Guyane française, après 6 jours et 8 heures de navigation sans escales. 1 770 milles parcourus au milieu de l’océan Atlantique après le départ de Mindelo (Cap-Vert), pour une étape de l’aventure de Sergio Davì Ocean To Ocean Rib Adventure.

teo-aiello-prince-38

Sergio Davì est en navigation vers Los Angeles, après avoir quitté Palerme en décembre dernier. Sur le trajet Gran Canaria-Mindelo, il a été accompagné par Antonio Aiello, le frère de Teo et copropriétaire du chantier Nuova Jolly Marine, fabricant du Prince 38 Aretusa Explorer, le Rib avec lequel Sergio affronte ce défi.

Cette étape a valu à Sergio Davì un double record de l’Atlantique, et il a remercié Teo Aiello: “Je remercie Teo Aiello de Nuova Jolly Marine pour avoir partagé avec moi l’émotion indescriptible de la traversée de l’immensité de l’Atlantique”. Le Prince 38 Aretusa Explorer a donc confirmé une fois de plus la puissance et les performances qui avaient déjà émerveillé Antonio Aiello.

traversée atlantique Prince 38 CC Je suis très fier du Prince 38“, déclare Teo, “Il y a eu deux moments particulièrement intenses pendant le voyage, l’un a été de voir la traînée de plancton fluorescent sur la queue du bateau la nuit, un spectacle indescriptible. L’autre était sans doute de voir le Prince 38 tenir la mer et le poids d’une manière incroyable. Il a bravé l’océan avec 7 500 litres de carburant, 150 litres d’eau, deux personnes, plus son propre poids. C’est comme s’il avait transporté 80 personnes pesant 90 kg chacune. Et il l’a fait avec des vagues de trois mètres.

Trois jours en déplacement et 3 jours et demi en planage. “Les trois premiers jours, nous avions encore trop de poids, nous devions toujours partir en déplacement, mais à la barre des 5570 litres, nous voulions essayer de planer à 23/24 nœuds et Aretusa a plané même dans ces conditions. Nous avons attendu encore 12 heures pour commencer le vrai planage, mais nous en avons tiré une grande satisfaction, confirmant les excellentes qualités de ce Prince 38. Les 6 603 litres de carburant consommés, 3,7 litres par mille en moyenne, par rapport aux 7500 embarqués, les deux hélices doubles Suzuki DF300B ont très bien fonctionné, tout comme l’électronique Simrad“.

Inévitablement, il y a eu des moments critiques et des difficultés qui, bien que prévus, se sont avérés être critiques. “La manœuvre la plus délicate a certainement été le ravitaillement en carburant. Les trois premières fois, nous avons fait le plein avant le crépuscule, alors que nous devions affronter 12 heures d’obscurité. À 8 nœuds, nous consommions encore très peu de carburant. Transférer environ 400 litres a pris environ 45/50 minutes et nous nous sommes sentis comme des astronautes en train de faire un moonwalk. Avant de quitter la cabine transparente où se trouve le poste de pilotage, nous avons dû enfiler notre ciré, notre gilet de sauvetage, nos gants et notre masque pour les fumées, puis nous avons dû marcher sur des réservoirs qui étaient placés pratiquement au ras du tubulaire, les réservoirs les plus hauts étaient des réservoirs souples expansibles, les réservoirs souples d’Orca Pennel & Flipo. Nous marchions donc sur ces énormes coussins mous et instables, au milieu de vagues de 2/3 mètres et avec le vent qui nous faisait inévitablement perdre l’équilibre. Nous avons installé une ligne de vie le long du T-Top, à laquelle nous nous sommes accrochés avec des mousquetons, et avons installé des lignes d’une longueur telle que même si nous tombions par-dessus bord, nous n’atteindrions jamais l’eau près des moteurs. Tout cela s’est fait en transportant l’équipement de la poupe à la proue. C’était une opération très délicate et complexe mais, heureusement, tout s’est toujours bien passé”.

Teo-Aiello-Sergio-Davi-Prince-38

Dans un voyage aventureux comme celui-ci, le courage et la soif de découverte sont essentiels, mais le pouvoir n’est rien sans le contrôle. Une attention obsessionnelle à la consommation signifiait que ceux-ci étaient toujours calibrés au litre. “Nous faisions et refaisions des comptages de carburant tous les quarts d’heure si, pour une raison quelconque, nous nous retrouvions à effectuer des opérations, des manœuvres, des accélérations ou des ralentissements non planifiés. Nous avons recompté des centaines de fois les prévisions de carburant et de consommation restantes. Nous savions que nous avions pris 7 500 litres, mais nous comptions toujours à 7 200, et pourtant nous sommes arrivés avec près de 900 litres en trop.”

Teo Aiello nous offre alors un point de vue différent sur navigation nocturnecette aventure de celui de son frère Antonio, qui avait trouvé les moments les plus critiques pendant les nuits. “La nuit était magnifique”, nous dit Teo, “nous ne voyions que l’obscurité et les lumières des instruments. La mer nous regardait, et c’était tout. Avant de partir, je pensais que nous rencontrerions plusieurs navires, peut-être un tous les 50 miles, mais au lieu de cela, nous n’en avons rencontré que deux: un bateau de pêche à 500 miles au large de la Guyane française et un pétrolier néerlandais à 700 miles de la côte. Le pétrolier nous a rejoints par canal VHF, le capitaine était un admirateur de l’Arethusa Explorer et de Sergio et suivait l’exploit via les canaux sociaux. Nous nous sommes approchés à 6 miles pour les saluer et ils nous ont rassurés en nous disant qu’ils gardaient un œil sur nous. L’idée de ne pas être complètement seuls dans l’océan sans limites nous a réconfortés et excités”.

Mais Ocean To Ocean Rib Adventure, c’est aussi de la recherche: pendant la navigation, en effet, des échantillons d’eau de mer sont prélevés pour vérifier la présence de microplastiques. Les recherches menées par l’Aretusa sont effectuées pour le compte de l’Institut zooprophylactique expérimental du Piémont, de la Ligurie et du Val d’Aoste et de l’Institut zooprophylactique expérimental de la Sicile. “Nous avons effectué quatre prélèvements le long de ce trajet, c’était particulièrement intéressant car avec le bateau pneumatique à différentes vitesses, nous avons pu recueillir des échantillons d’eau différents.

Teo-Aiello-arrive-à-KourouÀ propos des microplastiques, du plastique et de la pollution, nous avons demandé à Teo s’ils en avaient trouvé des traces pendant la traversée: “Je dois dire que nous avons trouvé l’océan particulièrement propre, pas d’îles de plastique flottantes, pas de saletés, mais nous avons rencontré de près divers animaux marins. Nous avons été accompagnés pendant plusieurs minutes par un groupe de dauphins qui nageait devant la proue et qui, peu de temps auparavant, suivait une trajectoire opposée à la nôtre. Nous devions également retirer du bateau de nombreux poissons volants tous les matins, ce qui aurait été utile si nous avions du citron et une cuisine minimalement équipée“, plaisante-t-il.

Mais à part les poissons volants, rien d’autre n’est entré dans l’Aréthuse: pas une goutte d’eau. “En quittant Mindelo, nous nous sommes retrouvés avec un vent de travers, de longues vagues océaniques et des vagues ondulantes produites par les alizés. Pas une goutte d’eau à bord, le bateau à déplacement a été accompagné par les vagues et totalement sec. Nous avons mis en marche les pompes de cale plusieurs fois, mais nous n’avons rien trouvé. Une fois de plus, le Prince 38 s’est révélé être un excellent bateau“.

traversée atlantique

Le prochain rendez-vous de la gamme Prince sera pour le modèle de 21 pieds, qui remontera les eaux intérieures vers les capitales européennes, tandis que l’Aretusa de Sergio Davì poursuivra son voyage avec des escales dans les Caraïbes.

J’ aimerais bien rester”, confie Teo Aiello, “mais j’ai beaucoup d’engagements pour Nuova Jolly Marine devant moi, et la saison nautique arrive à grands pas”.

Annarita Mariani

J'essaie ici de vous parler de la mer et de ses économies : de la navigation de plaisance et de ses industries connexes, mais aussi de l'équilibre biologique marin et de la durabilité.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

ICE 70rs, le nouveau fast cruiser de ICE YACHTS

Next Story

Filippetti Yacht, quand la grâce rencontre la vigueur: voici le Navetta 28

Latest from Blog