RIO INAGUA S
RIO INAGUA S
//////

Rio Inagua S: 100 milles à bord d’un bateau pneumatique hors du commun

Start

Caractérisé par un design finalement différent d’une multitude de bateaux pneumatiques qui se ressemblent trop, le nouveau Rio Inagua S a immédiatement attiré l’attention d’un public qui, c’est désormais clair, recherche de plus en plus des Maxi-Ribs à forte personnalité. D’autre part, c’est depuis 1961 que Rio Yachts fabrique des bateaux à succès, comme en témoignent les plus de 100.000 unités mises à l’eau au cours de ces 62 années, un véritable record.

Un chantier historique qui, de toute évidence, n’a pas peur d’être mis à l’épreuve puisqu’il nous a accordé, en exclusivité, l’opportunité d’essayer le Rio Inagua S avec l’un de nos fameux « 100 miles on board », notre format de test le plus sévère.

100 miles à bord du Rio Inagua S

Il est huit heures du matin lorsque nous atteignons notre Rio Inagua S. Nous sommes à la Marina di Salivoli, près de Piombino, en Italie, et notre Maxi-Rib est encore sur le camion, prêt à être mis à l’eau. Cette opération est effectuée rapidement, tout comme le gonflage des tubulaires et le ravitaillement en carburant, si bien qu’à 9 heures, nous larguons les amarres et quittons le port en naviguant lentement.

Nous remettons à zéro le compteur de litres de chacun des deux moteurs pour pouvoir disposer, une fois arrivés à notre destination, des données certaines sur la consommation réelle du bateau. Notre destination est la marina de Porto Cervo, en Sardaigne.

Nous avons 120 milles à parcourir dans l’une des mers les plus fascinantes du monde, la mer Tyrrhénienne, avec un itinéraire qui passe par quelques-unes de ses merveilles: l’île d’Elbe, Montecristo, la Corse et l’archipel de la Maddalena.

Dès que nous sommes sortis du port, nous commençons à accélérer et, à ma grande surprise, je me rends compte que le bateau commence à glisser déjà à 10 nœuds, sans presque changer d’assiette. La poupe abrite deux Mercury V8 de 300 chevaux et cette combinaison crée un équilibre presque parfait, où le Maxi-Rib est vraiment à l’aise.

Au large de Punta Falcone, nous trouvons une vague longue d’environ un mètre venant du nord qui, en se croisant avec la vague courte et raide de la brise locale, crée des conditions qui seraient inconfortables pour la plupart des bateaux. Heureusement, ce n’est pas le cas de notre Rio Inagua S qui, équipé d’une carène manifestement excellente, parvient à naviguer en première classe à plus de 35 nœuds.

En effet, les lignes de la carène absorbent en douceur aussi bien les changements d’altitude que la rudesse de la houle, ce qui nous permet même de prendre les mesures appropriées. Nous sommes trois à bord et Rio Inagua S est à pleine charge et pourtant nous dépassons facilement les 45 nœuds dans ces conditions. Certes, nous sautons de la crête des plus hautes vagues, mais les atterrissages se font toujours en douceur, sans aucun impact.

Nous ralentissons et naviguons au cap, à environ 35/36 nœuds. À cette vitesse, notre Maxi-Rib consomme un peu plus de 3 litres par mille, soit moins de 60 litres par heure et par moteur – incroyable !

En moins d’une heure, nous avons déjà traversé l‘île de Montecristo que, dans le respect des règles de navigation, nous admirons de loin tandis qu’à notre gauche défile le Scoglio d’Africa, célèbre pour son volcan de boue immergé.

C’est vraiment formidable de naviguer ainsi, à bord de Rio Inagua S: les milles passent vite et le confort est absolul, que l’on soit assis sur les sièges de conduite ou, littéralement,  » allongé  » sur le canapé en U de la dînette arrière. Remarquable est le nouveau déflecteur d’air qui, tout en permettant de se passer du pare-brise classique, confère au cockpit une esthétique sophistiquée: un petit miracle d’aérodynamisme.

Vers midi, moins de trois heures après notre départ, nous sommes déjà dans les environs de l’archipel de la Maddalena et, comme nous sommes très en avance, nous entrons à Caprera pour profiter d’une baignade rafraîchissante dans les eaux magniquiques de Cala Portese. Deux employés très aimables du parc nous indiquent une zone où nous pouvons nous arrêter sans détruire les posidonies, nous jetons l’ancre par un peu plus de deux mètres de fond, nous éteignons les moteurs et, enfin, nous sommes au paradis.

Le local vestiaire salle d'eaudu Rio Inagua S est situé sous le cockpit, il est énorme et permet d’enfiler son maillot de bain en position debout, il s’agit en fait d’une grande pièce qui, en plus des toilettes, abrite également un lavabo et un bon nombre d’armoires/cabinets où l’on peut ranger de nombreuses choses.

La plate-forme arrière est large et intelligente, construite en forme de « queue d’aronde », ce qui permet d’entrer et de sortir de l’eau confortablement et en toute sécurité. La remontée est également facilitée par la main courante spéciale, qui s’enclenche à ras de l’eau et est positionnée juste là où vous en avez besoin.

Après une baignade rafraîchissante, nous levons l’ancre et, en un peu plus de 15 minutes, nous atteignons Cannigione où nous nous arrêtons pour déjeuner.

L’après-midi est consacré à la séance photo, pour laquelle nous choisissons de rester dans l’archipel, naviguant parmi ses beautés, puis, vers 17h30, toujours à vive allure, nous attaquons les 10 derniers milles qui nous séparent de Porto Cervo.

Cette partie de la mer est toujours très agitée et le trafic incessant des yachts la rend très difficile, mais, comme nous l’avions déjà constaté au départ, notre fidèle Rio Inagua S l’aborde avec aisance et nous offre une fois de plus une navigation cinq étoiles.

Nous avons navigué toute la journée, toujours à grande vitesse, et maintenant, après une traversée et après avoir flâné toute la journée, notre jauge indique encore 25% de carburant, ce que confirme le compteur de litres électronique, soit une consommation totale d’un peu plus de 430 litres. Une très bonne performance, même pour des experts comme nous…

Mais pour ceux qui veulent se la couler douce, il suffit de naviguer comme le commun des mortels et, à environ 25 nœuds, on ne consomme que 30 litres par heure et par moteur, uen donnée presque incroyable pour un maxi-rib de 11 mètres.

console

Rio Inagua S: données de l’essai

RPM

Vitesse

L/h tot

lt/nm tot

Autonomie

             600

3,1

6,0

1,94

320,3

          1.000

4,1

9,0

2,20

282,4

          1.500

6,9

16,6

2,41

257,7

          2.000

9,81

17,8

1,81

341,7

          2.500

10,5

28,4

2,70

229,2

          3.000

15,1

41,2

2,73

227,2

          3.500

21,7

62,6

2,88

214,9

          4.000

27,2

84,2

3,10

200,3

          4.500

35,4

113,8

3,21

192,9

          5.000

43,4

152,0

3,50

177,0

          5.500

45,6

177,0

3,90

158,8

Caractéristiques techniques

Longueur hors-tout

11 m

Bau Maxi (gonflé)

3,70 m

Bau Maxi (dégonflé)

3,10 m

Hauteur sur l’eau

2,14 m

Tirant d’eau (quille)

0,58 m

Tirant d’eau

0,86 m

Poids à vide

3700 Kg

Capacité Passagers

16

Capacité Carburant

620 L

Capacité Eau Douce

95 L

Salles d’eau

1

Diamètre Tubulaires

0,68 m

Compartiments

6

Système électrique

12 V

Catégorie CE

B

Moteurs

2×300 cv

Plateforme arrière

1,74 m x 1,24 m

Solarium avant

1,74 m x 1,60 m

RIOYACHTSMAXIRIB.COM

info@rioitalia.it

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.